Retour à l’accueil

Boop! Une introduction

Le 29 octobre 2018.

Cette fin d’année 2018 marque pour moi un tournant professionnel. Après avoir travaillé trois années chez Sogilis, j’ai décidé, pour diverses raisons, de sortir du sentier qui se dessinait devant moi pour me mettre à mon compte. Ce changement s’accompagne pour moi d’une nécessaire remise en question de mes motivations et engagements : à quoi souhaité-je consacrer mon temps ?

Pour accompagner ce cheminement, j’ai souhaité créer un nouveau site à partir de zéro. Si je ne sais pas encore exactement ce qu’il contiendra, je sais que j’ai envie de renouer avec mes premiers pas sur Internet : c’est-à-dire l’apprentissage et le partage de connaissances.

L’une des choses que j’ai tout de suite aimé en informatique, c’est cette capacité que l’on a de pouvoir nous forger facilement nos propres outils. Mon site Internet en est un que j’ai longtemps laissé de côté mais que je souhaitais ramener dans ma stratégie pour contrôler mon image numérique. Pour cela, j’aurais pu continuer d’utiliser Pelican que j’utilisais jusque-là, mais quelque chose me titillais : et si j’en profitais pour comprendre comment fonctionne un générateur de sites statiques ? La mécanique interne ne me semble pas si compliquée…

Un générateur de sites statiques, pour quoi faire ?

L’une des premières choses à laquelle j’ai pensé a été de me faire un site uniquement à base de HTML et CSS. Quitte à repartir de zéro, autant utiliser les technologies les plus simples du web ; aucun élément généré dynamiquement, uniquement du code moulé au clavier. Mais je me suis vite rendu compte que cela deviendrait très pénible à maintenir : un changement dans la structure HTML ? C’est toutes les pages qu’il faudra modifier. Un nouvel article ? Il faudra écrire le flux RSS à la main. Beurk.

L’avantage du générateur de sites statiques est qu’il peut rester léger tout en automatisant certaines tâches et en facilitant la maintenance. Certaines fonctionnalités deviennent toutefois plus compliquées à gérer, notamment la gestion des commentaires et la recherche, mais le compromis me semble acceptable.

Les premiers pas de Boop!

Je sous-entendais plus haut que je n’y connais rien en générateur de sites statiques. En vérité, Boop! a déjà quatre mois ! En effet, j’ai développé début juillet une première version destinée à générer ma galerie de photos (le code est disponible sur Framagit).

Son but n’était alors pas tout à fait le même, et comme il s’agissait surtout d’une preuve de concept, ça ne me dérange pas plus que ça de repartir de zéro. À terme, j’aimerais que les fonctionnalités de la première version soient intégrées dans ce que je vais désormais développer.

Implémentation d’une version zéro

Bien, maintenant que je sais que je veux me faire un site qui sera généré par un outil du doux nom de Boop!, il est temps de rentrer dans le vif du sujet : par quoi je commence pour obtenir une version zéro ?

Le principe de base d’un générateur de sites statiques est qu’il lit le contenu depuis un répertoire source, qui est passé dans une moulinette qui va transformer ce contenu en fichiers HTML pour les déposer ensuite dans un répertoire destination.

Pour cette première version de Boop!, j’ai décidé de rester extrêmement simple : les fichiers sources seront des fichiers HTML et CSS. Il n’y a donc pas besoin de les transformer et on peut se contenter de les copier dans le répertoire destination. Oui OK, ça ne sert à rien pour le moment, mais c’était histoire de me mettre dans le (petit) bain.

Le code écrit en Python est disponible sur Framagit avec le tag 0.0.0.

Les esprits taquins (et techniques) noteront peut-être que cette première version, aussi simple soit-elle, n’est pas exempt de bugs : on corrigera cela dans la prochaine version !

La mise en ligne du site

Une fois la version zéro de Boop! prête, il est temps de réaliser la première version du site. Une page HTML et un fichier CSS plus tard, le site est prêt pour être mis en ligne. C’est minimaliste mais ça fait bien le boulot tout en étant lisible.

Pour la mise en ligne, je dispose déjà d’un serveur web capable de servir du contenu statique (un serveur nginx), je n’ai qu’à ajouter une entrée DNS de next.marienfressinaud.fr vers mon serveur et ajouter le fichier de configuration qui va bien pour nginx :

# version simplifiée
server {
  listen 80;
  listen [::]:80;

  server_name next.marienfressinaud.fr;

  root /var/www/next.marienfressinaud.fr;
  index index.html;
}

Il ne me reste plus qu’à faciliter le téléversement des fichiers générés par Boop! sur le serveur. Pour cela j’ai créé un fichier Makefile contenant quatre règles :

Avec ça, j’ai donc désormais un site disponible à l’adresse next.marienfressinaud.fr. Rien de bien compliqué, mais on a déjà les bases pour la suite.

Prochaines étapes

La suite d’ailleurs, quelle est-elle ? J’ai déjà noté quelques besoins liés à l’écriture de cet article :

Lorsque cela sera prêt, je pourrai alors aborder des sujets moins techniques pour expliquer où je veux emmener ce nouveau site.

Retour à l’accueil